107 859 Photos enregistrées

Update né328 postée le 01/07
né 329 prévue le 02/07 00:07
Recherche  
350 mètres de graffiti
27-10-2011



Le paradis du graffeur, l’olympe de la bombe aérosol. Trois cent cinquante mètres de long, trois mètres de haut, plus de mille mètres carrés de parpaings entièrement dédiés à la peinture urbaine. Situé à l’est de Saint-Pierre-des-Corps, en plein cœur d’une zone d’activités n’invitant guère au romantisme, ce mur est le plus important site de l’agglomération tourangelle "ouvert" au graffiti. Entendez par "ouvert" la tolérance accordée à la pratique de cette discipline artistique ayant généralement peu les faveurs des autorités.Avant de vous dire le pourquoi du comment, on vous propose de voir ici à quoi cela ressemble :



Une étude minutieuse de la paroi - coupée en deux par une route - permet d’identifier une vingtaine de signatures, appelées  "blazes" dans le jargon des graffeurs. Surnommés Scylz, Hiske, Dask, Rust, Tronsh, Soup, Joker, Onear, Stick, Fléo, Remix ou encore Adeo, la plupart - renseignements pris - sont issus de l’agglomération. Certains viennent toutefois des départements voisins, de Paris également, voire encore de l’étranger. Les premiers dessins remonteraient aux années 1990, mais cela fait surtout deux ans que le mur est décoré sur toute sa longueur. L’explication est simple : cette surface bétonnée n’est autre que l’enceinte extérieure d’une ancienne usine de meubles (l’entreprise Doubinsky) aujourd’hui reconvertie en friche artistique. Plusieurs dizaines de peintres, sculpteurs, plasticiens et autres comédiens ont créé ici des ateliers avec la bénédiction de la gérante de l’entreprise (férue d’art) et en échange de loyers modestes. Avec un voisinage pareil, jouer de l'aérosol est évidemment plus simple.

Si l’embellissement du mur est ouvert à quiconque souhaite y apporter sa contribution, trois graffeurs ont cependant un œil quasi permanent sur lui : ils s’appellent El Nino, Cami et Topaz, sont âgés de 24 à 30 ans et louent précisément un atelier dans un des bâtiments attenants. En début d’année, ils ont exécuté ensemble une gigantesque méduse de 15 mètres de long qui leur a pris quatre jours de travail. L’idée était d’occuper le territoire par "quelque chose d’imposant"et qui ne serait pas recouvert immédiatement par d’autres bombeurs, comme l’autorise la loi immuable du graffiti

Réunis sous la forme d’un collectif ayant pour nom "les Grabouilleurs", El Nino, Cami et Topaz sont ce qu’il convient d’appeler des graffeurs assagis. Tous ont connu la pratique en mode "vandale" (sauvage), ce passage obligé de la culture urbaine. Et tous ont décidé de se ranger, non pas des Montana 94 (nom d’une marque de peinture aérosol très prisée dans le milieu), mais des risques associés. Etre pris en flagrant délit de dégradation de l’espace public peut coûter plusieurs milliers d'euros d'amende, plus une peine d’intérêt général, voire de prison dans des cas extrêmes.

Quand ils n’exercent pas leur spécialité de manière isolée (l’un fait de la gravure, l’autre des portraits et le dernier des masques), les Grabouilleurs agissent donc collectivement dans un cadre autorisé. Moyennant finances, ils ripolinent (à leur façon) les rideaux métaliques des commerçants et animent des stages de graffiti dans des centres de loisirs. Ceci dans le but de gagner leur vie bien sûr, mais pas seulement. "Nous sommes dans une démarche de popularisation de la discipline. Notre but est diffuser une image plus valorisée et valorisante du graffiti", explique l’un d’eux. "L’objectif, abonde un autre, est aussi de déclencher une étincelle chez ceux auprès de qui nous intervenons : montrer qu’il existe pleins de moyens de s’exprimer et de s’approprier l’espace ; qu’il est possible, par exemple, de repeindre le mur de sa chambre, sa boîte aux lettres, le mur du voisin…"
-A condition que le voisin soit d’accord ?, soulève-t-on.
-Oui oui, bien sûr.

Depuis qu’ils sont "rentrés dans le rang", leurs oreilles ne manquent évidemment pas de siffler. Le milieu du tag a ses puristes et les reproches y fusent aussi rapidement que des coups de spray sinueux. Sur ce sujet, Cami n’a aucun état d’âme : "Arrivé à un certain âge, tu finis par pratiquer en ayant conscience de la prise de risque et des charges encourues. C’est bien beau de "taper" un train et de montrer les photos aux potes : si c’est pour se choper 6.000 euros d’amende au passage, ça ne vaut pas le coup. Je préfère prendre mon temps et faire un joli truc sur un mur, développer une technicité, approfondir mon univers... Il y a beaucoup de graffeurs qui se nourrissent à l’adrénaline en dessinant de manière "vandale", ce que je comprends. Mais rien n’empêche d’avoir la même poussée d’adrénaline dans un autre cadre."

Source: le monde
Graffeurs Liés : dask topaz
<< Précedente       Retour       Suivante >>       

   




Entrez votre Email pour vous inscrire à la Newsletter :


<< Précédent Mai 2021 Suivant >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
26272829301 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 123456





  Les plus cliqués du jour :   Navigation Aléatoire :
Artistes : rove | reck | revolt | radar | solex | roma | rolf | raclo | rols | ronjeur
Crews : TPK | ARM | 3HC | VMD | TGC | VG | ED | 3DT | 2MC | GAP
Photographes : DFRP | Writers/prise par ses auteurs | Snek | Zimlo | lavidalocaparis
Terrain : Angers Divers | ancien internat | non classés | Montmorency | Sucy divers
Rails : Paris Gare Du Nord | Bordeaux divers | Maison Lafitte - Achères | cergy le haut | hacquiniere (la)
Autoroute : A86 | A15 | Autoroutes IDF Divers | A6 | A1
Pleine rue : Paris 13ème | Marseille Divers | Nanterre divers | Paris 1er | Paris 6ème
Train : Inox Portes Grises | Double Deck (Bleu Blanc Rouge) | Goldo (RER A et B) | PSL | Inox gris rénové (petit à bulle)
Métro : Tunnel Métro Paris | Métro Paris | toit | Station | Métro Rome